En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX

BIENVENUE SUR LE BLOG:POUR LA LIBERTE DE LA PENSEE ET L’INDEPENDANCE DE L’OPINION . BIENVENUE SUR LE BLOG DE MED ESSAHLAOUI:POUR LA LIBERTE DE LA PENSEE ET L’INDEPENDANCE DE L’OPINION . pour la liberté de la pensée et l’indépendance de l’opinion

 

MAROC/EDUCATION : DES DROITS SCIEMMENT SPOLIES… !

        MAROC/EDUCATION : DES DROITS SCIEMMENT SPOLIES… ! 

     Parmi les professions qui exigent, en plus de la sacro-sainte panoplie de compétences spéciales requises, une conviction irréprochable, un engagement soutenu, un sacrifice et un dévouement inconditionnels et illimités, dans le temps et dans l’espace, celle de l’enseignement, par excellence, semble occuper les premiers rangs de la quasi-totalité des métiers de la fonction publique. 

En effet, il suffit pour illustrer ces propos d’évoquer laconiquement, entre autres, deux contraintes souvent invoquées âprement par des collègues enseignants. 

1/Les aléas du tableau de service des enseignants, n’ont rien à envier à la gestion de service alloué aux soldats du contingent, aux confins des frontières les plus éloignées. 

A ce sujet, je me suis souvent posé la question qui taraude perpétuellement les esprits, sans toutefois parvenir à trouver la moindre réponse, ou plus exactement, la plus petite justification administrative ou professionnelle, possible : En fonction de quels critères, sont alloués aux enseignants, toutes catégories confondues, des horaires de service de charge (qualifié dans certaines administrations de service dû) ? 

Et puis, une fois suffisamment clarifiée la question précitée, une autre interrogation légitime s’impose : 

Comment justifier la trentaine d’heures obligatoires allouées aux enseignants du primaire. ? 

Je crois pertinemment, et j’espère me tromper, qu’on va nous citer et nous réciter machinalement, purement et simplement des textes, des articles, et des lois organiques, qui tout au plus arrêtent et annoncent telle ou telle décision, concernant telle ou telle catégorie de ressources humaines. ! 

2/Les aléas (ou si l’on préfère les risques du métier) de l’exercice de la profession d’enseignant, toutes catégories confondues, revêtent, nous en sommes convaincus, un caractère de spécificités qui, jusqu’à nouvel ordre, ne sont pas du tout reconnues en tant que telles. ! 

Selon des études spécialisées dans le domaine, tout enseignant praticien en exercice, aurait toutes les chances de connaître des problèmes de santé, inhérents essentiellement à la nature même de la profession en question. 

Dans le cas où une telle probabilité se confirmerait(on devrait prendre la chose au sérieux),on comprendrait mieux que les revendications des enseignants, pour soi-disant améliorer leurs conditions de vie, s’avèrent hélas bien en de çà  des soi-disant indemnités de compensation jusque-là «  généreusement » négociées avec les représentants des enseignants toutes catégories confondues. ! 

Aussi serait-il, particulièrement, aisé de mesurer combien les droits inaliénables des enseignants, toutes catégories confondues, sont sciemment spoliés et inhumainement bafoués.! DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI 

  

Dans : Gestion éducative
Par mohamedessahlaoui
Le 7 juin, 2011
A 9:50
Commentaires :1
 

1 Commentaire

  1.  
    mohamedessahlaoui
    mohamedessahlaoui écrit:

    En tant qu’expert dans ce domaine que vous connaissez parfaitement, vous avez parlé de droits des enseignants (droit au respect, à l’aide, à l’erreur, …etc) qui leurs sont spoliés et bafoués, je m’associe avec vous dans cette évaluation d’un corps que je respecte qui assume aussi bien des obligations administratives ou d’enseignement, mais ? Est ce que ce corps assume ses devoirs correctement conformément à la réglementation en vigueur ? J’en ai des doutes pour certains qui s’en foutent ( je m’excuse du terme) et qui n’ont d’autres préoccupations que de profiter au maximum ( cours supplémentaires de leurs élèves obligatoires par le même professeur chez lui dans sa maison, …etc) . De ce fait , s’il ya des droits , il ya également des devoirs à assumer . L’intérêt de l’enfant et de l’élève devra être au centre des préoccupations du corps enseignant qui doit l’aider à devenir un citoyen autonome, solidaire et responsable de son avenir.

    Ton ami A.Derfoufi

Répondre

 
 

LANCER DJIBOUTI A SON DESTIN |
TEK YOL DEVRiM |
presidentomarelbechir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Président Conseil Economiqu...
| rcdtubirets
| rogerbardelaye