En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX

BIENVENUE SUR LE BLOG:POUR LA LIBERTE DE LA PENSEE ET L’INDEPENDANCE DE L’OPINION . BIENVENUE SUR LE BLOG DE MED ESSAHLAOUI:POUR LA LIBERTE DE LA PENSEE ET L’INDEPENDANCE DE L’OPINION . pour la liberté de la pensée et l’indépendance de l’opinion

 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

MEDIAS DES POUVOIRS ET POUVOIRS DES MEDIAS !

 

             MEDIAS DES POUVOIRS ET POUVOIRS DES MEDIAS !

 

    Ce n’est pas là un simple jeu de mots dicté par une quelconque volonté affichée de proposer un divertissement comme en ont l’habitude de faire les médias officiels et semi officiels marocains, avant, pendant, et surtout à la veille d’événements susceptibles de marquer- et d’être marqués- une actualité nationale en quête de sensationnel et de sentiers non battus.

 

L’ennui, la déception  chez la majorité des citoyens n’ont d’égaux que l’angoisse et le désarroi sentis et même pressentis par une population assoiffée de renouveau, sinon de pages définitivement tournées.

 

Jusqu’à quand devrions-nous demeurer perpétuellement condamnés à  vivre avec des habitudes sclérosées d’un passé lointain et présent, pendant lequel circule indéfiniment de bouche  à oreille un unique et seul mot d’ordre : la patience est la principale vertu des grands sages !

 

Comment se fait-il que le peuple, tout le peuple et non plus une petite portion du peuple, ne parvient nullement à briser le mur opaque d’une in transparence, ou plus exactement, à travers lequel résonne naïvement et patiemment un slogan vide et vidé de  sa moindre signification :

Le citoyen a, matraque-t-on  sans cesse, le sacré droit d’être objectivement et pertinemment informé. !

 

En effet, que se passe-t-il, ou plutôt que s’est-il passé depuis la date du 25 Novembre2011 ? Pourquoi subissons-nous des affres aussi, difficilement cicatrisables, alors que notre envie n’a point cessé de grandir pour vivre concrètement notre printemps, que certaines voix ont voulu exceptionnel de par ses spécificités telles que les décrivent des correspondants loyaux et particulièrement passionnés de Washington  à Paris en passant par Rabat ?

 

La démocratie que le peuple marocain voudrait voir s’instaurer au pays des Lions de l’Atlas, est un  tout indissociable, dont une véritable transparence, de peur que le poisson ne soit noyé dans les méandres des discours de coulisses ou de salons feutrés et oh combien parfumés !

 

La démocratie ne saurait être une fin en soi ! C’est un processus à la fois stratégique et tactique, légitime et légal entrepris patiemment cette fois-ci, par un  peuple profondément et lucidement convaincu du bien fondé de sa lutte et de ses aspirations, à travers les âges et les époques aussi lointains soient-ils.

 

Un pays, qui donne l’impression d’avoir perdu son entière souveraineté médiatique, n’a-t-il pas perdu son libre choix ? Pourrions-nous, si tel était le cas du Maroc, nous targuer d’une démocratie nationale véridiquement souveraine sur tous les plans et à tous les niveaux ?

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

Dans : Developpement Durrable
Par mohamedessahlaoui
Le 29 décembre, 2011
A 19:03
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

LA SAUVAGERIE MONDIALISEE

                                                         LA SAUVAGERIE MONDIALISEE

 

      Après des millénaires de civilisations ayant entrainé des progrès considérables des connaissances en tous domaines, il serait normal et logique que l’Humanité connaisse un certain bonheur. Sans que les choses soient parfaites ou idylliques, on serait en droit d’attendre que la situation de la planète et sur la planète soit globalement satisfaisante.

 

Or, si on observe ce qui se passe depuis plusieurs décennies, force est de constater que l’Humanité ne s’inscrit pas dans une perspective de progrès matériel et moral, mais dans celle régressive et décadente, d’un grand bond en arrière.

 

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les conflits se succèdent sans fin, plus meurtriers et absurdes les uns que les autres, la production industrielle et la productivité augmentent sans cesse mais la misère aussi, dans les mêmes proportions.

 

La dignité de l’être humain est systématiquement bafouée partout de mille et une façons, et les comportements totalitaires fleurissent sans opposition sérieuse.

 

La démographie n’est pas maîtrisée, notamment du fait des extrémismes de toutes sortes, et la planète  elle-même est menacée à plus ou moins court terme. Un suicide collectif de l’humanité, sans être naturellement certain, ne peut être exclu, dans les cents ans qui viennent.

 

Alors, à qui ces malheurs seraient-ils imputables ? A l’homme évidemment, car c’est lui qui est la cause et l’origine, et qui est la victime des phénomènes cités ci-dessus.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

 

Or, puisque c’est lui qui est en question, ne serait-il pas urgent de s’interroger : qu’est ce que l’homme ?

 

Il serait scientifiquement établi, qu’il serait d’origine animale, ou si on veut être plus romantique, serait fils des étoiles.

 

Pour les musulmans bien sûr, Adam, Eve, et leurs enfants, sont des créatures divines.

 

Ce faisant, perdu entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, n’ayant pas écoutéLa Paroled’ALLAH, l’homme a entamé sa fuite en avant et personne ne sait s’il court à sa perte ou à son salut.

 

Il importe d’identifier les freins, les obstacles qui empêchent l’homme de vivre heureux et en harmonie avec son milieu.

 

Contrairement à l’animal qui suit son instinct, l’homme est libre. Il peut être attiré par le beau, le bien, et le vrai et y consacrer sa vie. Mais il peut être attiré par le mal, l’erreur, le mensonge. Il est donc capable du meilleur et du pire (à suivre)

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui                                                                                                                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans : Developpement Durrable
Par mohamedessahlaoui
Le 24 décembre, 2011
A 14:57
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

HUMANISME, LAICITE, CITOYENNETE

                              HUMANISME, LAICITE, CITOYENNETE

    Voilà trois valeurs, selon des défenseurs des fondements essentiels de la démocratie, appelés aussi des humanistes capables du  meilleur, et qui peuvent tenir tête aux dictateurs capables du pire.

 

Les humanistes sont par nature universalistes : ils développent leur intelligence et celle des autres au moyen de contacts réguliers et fertiles, ils pensent en profondeur à tout ce qui préoccupe et intéresse les autres, c’est-à-dire tous les autres, au-delà de toute attitude chauviniste ou égoïste.

 

Ce sont donc des altruistes convaincus de la nécessité impérative de penser avec les autres, pour les autres, dans le but de défendre leur dignité et celle des autres d’où qu’ils soient, à travers les époques et les frontières, crées et imposées par leurs semblables capables, eux, du pire.

 

En ce sens, les humanistes focalisent leur attention sur des outils et moyens rassembleurs, plutôt que diviseurs des habitants de la planète. Ils luttent patiemment et avec entêtement et lucidité, contre tout ce qui avilit, infantilise, trompe, tyrannise et rabaisse les êtres humains, où qu’ils se trouvent. En définitive, ce sont bien eux qui ont inventé la démocratie, en priorisant la dignité humaine, avant toute chose.

 

Mais, une telle dignité ne saurait, ne pourrait voir le jour, ni revêtir un caractère de crédibilité, sans instruction, sans un minimum de bien-être moral /physique, psychologique,  et matériel.

 

En d’autres termes, il s’agit de bonnes conditions de vie, dignes de tout être humain, citoyen dela Terre, dans un climat de libertés individuelles et collectives garantissant, sans la moindre opacité,  tous les droits et devoirs de l’homme, de la femme, de l’enfant, des personnes âgées, des personnes handicapées, des peuples écrasées sous le poids d’une domination abjecte et outrageuse, etc.…

 

Toutefois, il conviendrait de prendre en compte et de respecter les spécificités, les particularités, les différences, et d’éviter d’imposer une sorte d’Humanisme qui se base exclusivement sur un type ou une  représentation que certains penseurs, soi disant théoriciens, se font arbitrairement de la laïcité, en criant haut et fort leur athéisme, confondant ainsi leur Humanisme avec le non – respect de la vision des autres, cherchant à imposer à tout  prix, leur « dictat démocratique » par la force de la pensée ou par la puissances des armes.

 

De ce fait, il est regrettable de constater aisément que  des laïcs, et pas des moindres, profitent du fait que l’Humanisme, en tant que mouvement, se partage la dignité avec certains visionnaires de la laïcité,  pour s’attaquer sciemment et imprudemment à certaines religions monothéistes, pour la seule raison que ces dernières, elles aussi, considèrent que la lutte pour le respect de la dignité  humaine se veut un mouvement international, qui dépasse de loin, les clivages et les contingences de quelles que natures que ce soient./.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans : Developpement Durrable
Par mohamedessahlaoui
Le 12 décembre, 2011
A 16:49
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

LE PRINTEMPS ARABE AURAIT-IL OCCULTE L’HIVER PALESTINIEN ?!

LE PRINTEMPS ARABE AURAIT-IL OCCULTE L’HIVER PALESTINIEN ?! 

Si un vent de Démocratie a effectivement soufflé du Golfe à l’Océan tout au long de l’année 2011, avec  souvent de fortes turbulences inquiétantes qui avaient failli dégénérer en catastrophes certaines, il n’en demeure pas moins vrai que l’opinion publique arabo-musulmane commence désormais, à s’interroger anxieusement mais légitimement sur le bien-fondé d’une telle chevauchée vers l’inconnu d’un cahot  presque inévitable, et sans promesses quelconques pour un avenir quasiment imprévisible et incertain . 

Les vérités sont là, accablantes et rebutantes : aucune révolution arabe ne s’est déroulée sans un bain de sueur ou de sang. Acteurs et spectateurs, éprouvent, au fond d’eux, un sentiment  de non-fini, d’amputé, d’illogique, et surtout d’anormal. 

Les avis les moins incisifs témoignent d’une grosse déception mélangée d’une colère et d’une hargne tonitruantes qui ne sauraient s’expliquer que par un seul slogan : encore une fois, on nous a trompés ! 

Car, en effet, comment justifier la persistance de multiples répliques de séismes à répétitions  désastreuses ? Par quoi, pourrait-on expliquer des processus révolutionnaires irrémédiablement rongés par des processus réactionnaires, qui se développent au fur et à mesure dans le but prémédité d’asphyxier puis d’étouffer impitoyablement l’espoir naissant d’un changement populaire tant souhaité ? 

Les peuples arabes et musulmans ont cru, un moment de ce Janvier2011, que leurs révolutions, une fois déclenchées, connaîtraient un succès éblouissant qui dépasserait toutes les frontières maudites de leurs pays pour voler au secours des Terres Saintes de la mère patrie :
La Palestine occupée depuis son usurpation en 1948, résultat d’une complicité infâme et impardonnable israélo-arabo-occidentale. 

« Les printemps arabes », afin de viser un tant soit peu  l’objectivité, semblent s’enliser irréversiblement dans leurs marécages égoïstes et oh combien insalubres ! 

Attendre de leur avènement, un sursaut ou plutôt des soubresauts, à la hauteur des aspirations profondes populaires, du Golfe à l’Océan, serait, ni plus ni moins, nourrir naïvement des espoirs condamnés à être trompé,  pour la nième fois ! 

Dans quelle mesure les printemps arabes auraient contribué à reléguer, au second plan, l’ébauche d’une résolution juste et durable de la question palestinienne ? 

Dans quelle mesure les printemps arabes auraient contribué à consolider, à renforcer, l’isolement injuste, et humainement injustifiable des populations déshéritées de la bande palestinienne de Ghazza ? 

Dans tous les  cas de figure, rien ne saurait justifier l’oubli des populations palestiniennes, même le bien-fondé des printemps arabes, qui ne servirait que de prétexte pour soi-disant l’instauration de démocraties locales ou régionales !!  DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui 

  

Dans : politique
Par mohamedessahlaoui
Le 4 décembre, 2011
A 17:40
Commentaires : 0
 
 
 

LANCER DJIBOUTI A SON DESTIN |
TEK YOL DEVRiM |
presidentomarelbechir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Président Conseil Economiqu...
| rcdtubirets
| rogerbardelaye