En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX

BIENVENUE SUR LE BLOG:POUR LA LIBERTE DE LA PENSEE ET L’INDEPENDANCE DE L’OPINION . BIENVENUE SUR LE BLOG DE MED ESSAHLAOUI:POUR LA LIBERTE DE LA PENSEE ET L’INDEPENDANCE DE L’OPINION . pour la liberté de la pensée et l’indépendance de l’opinion

 

MAROC EDUCATION : DES MAUX DE MOTS OU DES MOTS DE MAUX ?!

          MAROC EDUCATION : DES MAUX DE MOTS OU DES MOTS DE MAUX ?!

 

     Cette réflexion est le fruit de travaux réalisés avec des collègues praticiens, ayant suivi différents parcours de formation conduisant à la maîtrise de techniques et procédés d’animation et de conseils professionnels.

 

« Entre incertitudes et projets », cette réflexion est composée de récits dans lesquels, tour à tour, des praticiens de l’Education doutent, s’interrogent, concrétisent des récits dans lesquels se concrétisent des dispositifs, assumant leurs choix, puis doutent à nouveau…

 

C’est à ce cycle de formation permanente de construction, déconstruction, reconstruction des significations, données aux services professionnels concernés, que sont invités les lecteurs. Il s’agit du  Conseil et de l’Accompagnement à « la Reconnaissanceet àla Validationdes Acquis de l’Expérience…(RVAE) ».

 

Au fait, de quoi souffre le Département de l’Education Nationale au Maroc ?

Comme l’indique le titre : « Maux des Mots ou Mots des Maux ?! », en général depuis l’Indépendance Nationale, un nombre infini de rencontres, de séminaires,  de congrès… avaient été organisés à des niveaux hiérarchiques différents. Le  but déclaré consistait toujours (-à vouloir / à chercher / à improviser à partir d’une envie incertaine, puisque jamais concrétisée, au sens épistémologique du terme-) à développer le domaine de l’Education, principal et indispensable levier de tout décollage possible.

 

Hélas ! Malgré tous les efforts fournis inlassablement, le point noir dans cette cartographie représentative des actions conduites partout au Maroc, et malgré la volonté persistante de la coopération, demeure celui des signes de  tergiversations de hauts responsables nationaux ; ce n’est qu’aujourd’hui que les différents acteurs sociaux et paritaires semblent se rendre compte des défaillances de la trajectoire déboussolée que suivait l’Education dans le pays des Atlas linguistiques, scientifiques, et technologiques.

 

Si sur le plan des actions pratiques, les choses semblent satisfaisantes, dans une certaine mesure, il n’en est pas sûr que la grande machine s’acquitte bravement, intelligemment, lucidement, de ses devoirs.

 

Jusqu’à nos jours, tous les gouvernements qui se sont succédés sur l’échiquier sociopolitique et socioéconomique, aucun d’entre eux n’a osé trouver les mots  nécessaires et suffisants pour

définir, puis  dénoncer les causes des maux qui rongent impitoyablement et pathologiquement le corps affaibli de l’Education Nationale au Maroc !

 

Pourtant, ce ne sont pas des cadres de poids lourds, ni des finances astronomiques, ni des praticiens confirmés, qui font défaut. La machine tourne certes, mais jamais au rythme optimal souhaité. Des budgets énormes sont alloués chaque année ; mais il faut le dire, c’est du gaspillage, purement et simplement !

 

La raison  de ces tâtonnements d’amateurisme déplacé, c’est l’entêtement et l‘opiniâtreté des gouvernements successifs qui ne veulent guère  reconnaître leur échecs chroniques, leur mise en place de dispositifs de gestion irresponsable, et bien en deçà des aspirations réelles à la modernité.

 

De ce fait, qu’en est-il dela RechercheScientifiqueet Technologique ?  Comme par hasard, même l’idée d’en parler  n’a pu  être  acceptée ni tolérée ; on dirait que les gouvernements  successifs ne voulaient pas franchir le pas tabou, le pas qui débouche inéluctablement sur l’interdit.

 

Des générations entières de jeunes Marocains se virent condamnées à recevoir une éducation de fortune, juste de quoi faire taire, pour un certain temps, des voix populaires  profondément déçues, revendicatives…..

 

On oublie que l’Education qui ne s’appuie que sur de la volonté et des savoirs, aussi respectables soient-ils, ne suffit absolument pas, pour dispenser une formation de qualité, sans le concours  engagé, théorique et pratique, dela Recherche Scientifiqueet Technologique, à tous les niveaux : de la première année scolaire à la dernière année universitaire. /. (A suivre)

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans : Developpement Durrable
Par mohamedessahlaoui
Le 1 avril, 2013
A 11:19
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

LANCER DJIBOUTI A SON DESTIN |
TEK YOL DEVRiM |
presidentomarelbechir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Président Conseil Economiqu...
| rcdtubirets
| rogerbardelaye