En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX

BIENVENUE SUR LE BLOG:POUR LA LIBERTE DE LA PENSEE ET L’INDEPENDANCE DE L’OPINION . BIENVENUE SUR LE BLOG DE MED ESSAHLAOUI:POUR LA LIBERTE DE LA PENSEE ET L’INDEPENDANCE DE L’OPINION . pour la liberté de la pensée et l’indépendance de l’opinion

 

MAROC EDUCATION : DE LA DEPERDITION A L’IMPASSE ?!

       Le bateau  de l’Education au Maroc connaît actuellement des moments très difficiles. Il court des risques  absolument angoissants dont la dangerosité n’a point besoin d’une quelconque  démonstration de  sorciers, ni de démagogies savamment conçues et élaborées par d’éminents spécialistes d’ultimes opérations de sauvetage de dernière minute, convaincus et rompus aux grands remue méninges pour que soient posés  pour la première fois, les véritables problèmes qui gangrènent le paysage pédagogique et professionnel du domaine de  l’Education dans toutes ses amplitudes et diversités.                                                   

Les difficultés rencontrées, à l fois, par les élèves et les enseignants,, comme suite logique à l’arabisation de l’enseignement des matières scientifiques aux deux cycles du secondaire, faisaient partie du domaine de l’interdit, d’un tabou  aux confins sociopolitiques et socio culturels,   encore totalement en friche.

Des générations entières de jeunes marocaines et de jeunes marocains  furent  sacrifiées, non sans une  impitoyable préméditation culpabilisante  sur l’autel d’un nationalisme linguistico culturel  et politique douteux, aux perspectives incertaines, et aux conséquences inimaginables comme le souhaitaient les défenseurs acharnés d’une arabisation à outrance, au fanatisme débridé, quasiment aveugle et revanchard. 

Soigneusement tramée, l’intrigue devait être appuyée   d’un arsenal argumentaire cousu et préfabriqué sur mesure, ou plutôt à la mesure d’enjeux politiques purement électoralistes.

Douloureusement parvenus au Supérieur, les étudiants se trouvaient confrontés à un double handicap: le blocage linguistique, discursif et scientifique.

De surcroît, un autre problème, et qui n‘est pas des moindres, vint dramatiser tragiquement toutes les données, réside ni plus ni moins dans des programmes condamnés à demeurer sous jacents aux exigences des finalités invoquées  par des décideurs détenteurs de pouvoirs le moins que l’on puisse en dire, abusifs.

 Et ce n’est nullement un hasard, si on voit  aujourd’hui se développer une tricherie sans frontières, un clientélisme et un opportunisme pervers, à  tous les niveaux du domaine éducatif : des bourses fabuleuses à l’étranger au profit  d’étudiants descendants de familles  particulièrement nanties, et influentes, furent octroyées sans tenir compte du principe fondamental de l’égalité des chances. Inutile de parler de toutes les formes d’interventionnisme qui foisonnent partout, au profit des classes privilégiées. 

Par ailleurs, on assiste malgré tout, à la démultiplication de faux débats sur le rôle des langues arabe et française dans la promotion des dialogues de langues, de cultures, de religions. Il s’agissait de noyer définitivement le poisson, afin de ménager des susceptibilités supposées appuyer les intérêts des défenseurs de l’arabisation des enseignements scientifiques et en accordant une importance toute particulière, à ce qui s’appelait  la maîtrise du discours et du raisonnement scientifiques, dans les deux langues, lesquelles à vrai dire , se livraient des combats sourds et à découvert, tellement étaient grands  les enjeux socioéconomiques, sociopolitiques qui présidaient à la détérioration des relations sévèrement atteintes entre  francisants  et  arabisants.

Les débats étaient on ne peut des plus passionnés, en dépit des approches d’apaisement entreprises par les uns et les autres, en vue de préserver la formation des enseignants des  vicissitudes qui semblaient menacer irréversiblement l’avenir de la marocanisation des cadres, projet stratégique de grande envergure.

C’est donc tout l’avenir de l’Education au Maroc, tous cycles confondus, qui se prépare à connaître des velléités de  remous suscités par de profondes interrogations sur tous les plans et à tous les niveaux.

 La désignation d’un ancien ministre de l’Education Nationale à la tête du département scolaire dans le nouveau gouvernement dirigé par l’Islamiste AbdelIlah Benkirane,qui vient d’être reçu par le Roi du Maroc, témoigne si besoin est, de la vulnérabilité de l’Education Nationale au Maroc qui est à la veille de profondes remises en question  devant nécessiter indubitablement  la prise de décisions audacieuses et courageuses capables de répondre, un tant soit peu, aux attentes de la société marocaine, en général, et à celles de la famille de l’Education Nationale qui désormais semble ne plus supporter le moindre atermoiement qui ne pourrait que porter un sérieux préjudice à l’avenir du peuple marocain./.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

Dans : Developpement Durrable
Par mohamedessahlaoui
Le 18 octobre, 2013
A 10:22
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

LANCER DJIBOUTI A SON DESTIN |
TEK YOL DEVRiM |
presidentomarelbechir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Président Conseil Economiqu...
| rcdtubirets
| rogerbardelaye